114ème numéro

Votre journal en téléchargement ici

Octobre et ses brumes.

Pourquoi ne pas envisager une visite au musée des Beaux Arts et ses peintres troubadour.

Une création lyonnaise de 1802 où tout est nouveau : anecdotes, finesse des coloris et transparence. Ce fut un franc succès. Une salle leur est consacrée au musée de Lyon.
Une peinture exécutée à la suite d’ une période mouvementée. Après la Révolution de 1789 et le Siège de Lyon de 1793 la ville, soupçonnée de trahison, bannie, est dans le désarroi le plus total. Plus tard, Napoléon revient de l’Ile d’Elbe et s’arrête à Lyon où il est acclamé par les lyonnais et les canuts en particulier. Un lien dû à l’intérêt que l’empereur a apporté à la ville en relançant la soierie, en reconstruisant les bâtiments de la place Bellecour détruits pendant le Siège.

Quelques années plus tard, Franz Liszt compose et interprète à Lyon une pièce pour piano en l’honneur des ouvriers canuts et de leurs révoltes.

Quelques moments du XIXe siècle à Lyon

 

bonne lecture

Author: LaFicelle

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *