Bonus – 1ère partie de la balade du n°59

D’une colline à l’autre – 1ere partie

Itinéraire à trouver uniquement sur internet

Départ boulevard de la Croix-Rousse – niveau mairie du 4e

Rue de Vauzelles
-lyre angle du BD
-rue ouverte au XIXe après la démolition des remparts (ficelle n°5). Jean de Vauzelles humaniste et poète de la Renaissance disciple de Maurice Scève.

Parc Sutter -descendre les escaliers situés à gauche du banc
– belle vue sur dôme de saint Bruno -Soufflot XVIIIe( la ficelle n°18)
-crèche parentale..
-toboggans sympathiques. Le ginkgo biloba est à chercher. Ses feuilles sont fendues en 2 lobes sans nervure centrale, ses fruits sentent les vomissures, sa feuille est le symbole de la ville de Tokyo .

Traboule pour rejoindre la Place Morel
-traverser rue du Bon Pasteur, qui semble avoir été tracée pour permettre le transport des pierres pendant le démantèlement de la Citadelle au XVIIe (voir ficelle n°27)
– ancien collège Truffaut inutilisé-.Il a fait parler de lui en 2013 par la mise en garde à vue de madame la maire du 1er, suite à une occupation illicite des lieux par des personnes sans papiers.

Montée des Carmélites-à gauche
-nommée montée de la Déserte ou voie du Rhin, c’est une des plus vieilles voies de Lyon
-traverser la rue des Tables-Claudiennes- jolie maison aux têtes et vitrail à gauche.
-Voir école des Beaux-Arts à gauche, bâtiment XXé siècle désaffecté lui aussi. (La ficelle n°57)

Jardin des Plantes-à gauche en descendant
-ancien jardin du couvent de la Déserte devenu jardin botanique au XVIIIe. Les plantations furent déplacées au parc de la Tête d’Or lors de sa création en 1856.
-amphithéâtre romain à gauche-Blandine y a trouvé la mort (la ficelle n°3)
-fontaine Burdeau- en hommage à Burdeau, homme politique. Oeuvre du sculpteur Alfred Boucher et de l’architecte Etienne. La fontaine en pierre devait supporter une statue de Burdeau en pied ou en buste, avec une jeune fille symbolisant la postérité entourée de deux lions rugissants. Voir la vasque de la fontaine supportée par un lion échevelé.

Montée de l’amphithéâtre-descendre les escaliers
-escaliers entre 2 bâtiments . Mairie du 1er arrondissement, partie conservée de l’ancien couvent.

Place Sathonay- traverser
-ancien cloître du couvent de la Déserte (La ficelle n° 6)
-rue Poivre à gauche-naturaliste
-sergent Blandan- héros d’une cause discutable.(né à Lyon, il participe à la conquête de l’Algérie en 1830)
-ancien commissariat-porte avec imposte et date
-ruelle de l’ancien couvent

Rue Vittet

-entre salle Rameau et Martinière(voir ficelle n°13)- 2 bâtiments du style Art nouveau. (1907)les courbes de l’architecture, les mosaïques symboliques (abeille du travail, muses..) les ferronneries d’art sont typiques de ce courant.
-académie de billard- marquise ouvragée

Rue de la Martinière-à droite

-les bâtiments de la rue furent l’objet d’un projet d’ensemble en 1907. Le style Art nouveau se remarque aux courbes des fenêtres et portes, éléments végétaux, femmes-fleur…
-place avec effigie de Martin, créateur de la Martinière
-halle Martinière (la ficelle n°29)- halle historique, marché alimentaire de quartier en voie de disparition. La mairie ne renouvelle plus les baux des commerces et envisage de confier l’équipement de ce lieu à la grande distribution. Les habitants du quartier tentent de résister au projet.
Place saint Vincent

-mur des lyonnais célèbres-peinture en trompe-l’oeil
-belles têtes fleuries en face du mur peint

Quai saint Vincent- traverser
-au pied de la colline de la Croix-Rousse , c’est l’emplacement de Condate bourg d’artisans implantés bien avant l’arrivée des romains

Passerelle saint Vincent-traverser
-construite en 1832 à un endroit très étroit de La Saône, elle succède à plusieurs ponts tous emportés par des crues. Elle subit elle aussi les humeurs de la rivière mais échappe aux destructions de la guerre de 39/40.
– la courbe de la Saône, les reflets des maisons ocres du quartier saint Vincent, le clocher de Saint Bruno, la vue sur la colline de la Croix Rousse font, de ce milieu de passerelle, un des attraits de la balade.
-quelques centaines de mètres en amont de la rivière, entre les deux rochers étroits des deux collines, de lourdes chaînes entravaient le passage des bateaux indésirables.
-belle vue sur la tour métallique, le clocher de saint Paul et les maisons Renaissance de la rive droite.

Quai Pierre Scize- traverser
-du pied de la colline de Fourvière jusqu’au sommet, c’est Lugdunum entre ses remparts naturels. Les celtes occupèrent le site, les romains y construisirent leurs villas, leurs forums, leurs théâtres dans la ville haute, puis laisseront la place aux résidences des riches marchands et banquiers italiens dans la ville basse, c’est le « Vieux Lyon » de la Renaissance .

Place Gerson- traverser

-jolie place calme et ombragée par les paulownias aux fleurs mauves
-ruelle moyen-âgeuse à gauche
-église Saint-Paul, voir modillons sculptés romans, porte aux voussures romanes, tambour octogonal carolingien surmonté d’une lanterne, et anges musiciens du XVIe à l’intérieur.
-belle porte basse au VII

rejoindre la place Saint-Paul à gauche
-du haut du dépôt de bus, belle vue d’ensemble sur l’église

….la suite sur le numéro 59

Author: LaFicelle

Share This Post On

1 Comment

  1. Bravo pour cette découverte de l’histoire de la Croix-Rousse au fil des années.

    Je cherche des renseignements sur l’histoire de la fabrique de casquettes de la rue du Bon Pasteur, Abramovicz??
    D’avance merci
    Colette Sauzede

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *